V comme Vollière

Ce nom est attesté depuis le XIVe siècle et figure sur la carte de Cassini. C’est un dérivé de « voler » ; suivi du suffixe collecteur « ière », il évoque un lieu fermé assez vaste pour que les oiseaux puissent y voler.
Il peut aussi venir du nom d’une personne nommée : « volier ».

Cet ancien fief, ou peut-être simple relais de chasse, comprend un pigeonnier carré, portant la date de 1763, fait de murs de parement en damier du style Louis XIII.
En 1650, ce domaine comprenant une maison et une métairie, appartient à Claude DUBREUIL, qualifié de sieur de la Vollière.

En 1775 il est question d’une closerie, située sur la paroisse de Chambray.
En 1914, ce domaine est la propriété de Vincent LARNAUDE, négociant parisien.
En 1939 et dès la déclaration de guerre, les sœurs de la Charité de Strasbourg viennent s’y réfugier, le propriétaire de l’époque M. DECK étant le frère de la Supérieure de cette congrégation.
Enfin ce château accueille l’Ecole Ménagère, dite de Rougemont, avant que cette dernière ne déménage pour Sainte-Radegonde.

Aujourd’hui, et autour de la construction d’origine entièrement restaurée, se répartit une élégante résidence privée.

Ils ont vécu à La Vollière…

0 0 vote
Évaluation de l'article
Partager via :
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments