La Creuse en Crue

Les voies navigables ont de tout temps joué un rôle important dans le développement économique d’une ville ou d’une région.
La Creuse qui prend sa source dans le Massif Central et passe à Descartes convoyait des céréales vers la Bretagne via la Vienne et la Loire.
Mais lorsque Dame Nature se déchaînait, les crues de cette rivière amplifiées par les apports d’eau de la Claise provoquaient des inondations importantes.

Carte interactive :
– barre d’outils à gauche : passer en mode plein écran pour visualiser la carte dans de bonnes conditions
– cliquer sur un marqueur de village ou de lieu pour plus de détails

Confluent de la Creuse et de la Claise à Rives.


Le curé Delaborde de la paroisse St-Georges de La Haye a précieusement transcrit ces évènements dans les registres paroissiaux du début du XVIIIème siècle.

Commune anciennement connue sous le nom de La Haye ou La Haye-en-Touraine, puis de La Haye-Descartes depuis la Révolution, elle prend son nom actuel Descartes en 1967 afin de rendre hommage à René Descartes, natif de la commune.

AD 37 registres paroissiaux La Haye-Descartes.

Il est a remarquer que le jeudy jour de l’octave du
très St Sacrement qui étoit cete année 1732 le
dixneuf de juin, la rivière de creuse commencea

a augmenter la nuit du vendredy au samedi elle crut
si précipitament quelle surprit nombre de personnes
dans leurs maisons, qui furent obligés de gagner les
haults, il y a eu nombre de bestiaux noyés dans les
écuries tout lelong de la rivière de creuse, et le
samedy vers les dix heures du matin elle étoit d’arrest
sans croitre ny diminuer, mais tout à coup la rivière
de claise vint comme un torrent vers les deux heures
après midy de quatre pieds de haut qui fit un ravage
étonnant sur sa route, emporta tous les ponts depuis
Preuilly, passa pardessus celluy de rive, en renversa le
parapet, abattit les murs des Religieuses, entra dans
la cuisine, les cloitres et tous les bas, et leur fit beaucoup
de dégats, et grossit si fort la creuse qui létoit déjà
beaucoup quelle passa pardessus le pont du côté du
bourg de St Jacques, on voyoit passer des troupeaux
de moutons au nombre de quarante à cinquante, des
bœufs accouplés a leur joug, des chevaux sellés et de
toute sorte d’animaux de cette nature, des charpentes
entières, des meubles, comme lits, armoires, coffres
Enfin c’étoit une consternation la plus grande du monde
on apporta dans cete Eglise le St Sacrement qu’on prit a
Notre-Dame, l’eau entrant déjà dans l’Eglise.

Eglise Notre-Dame au bord de la Creuse
On distingue au second plan le clocher de l’église Saint-Georges

________________________________

L’église Notre-Dame de La Haye inondée

AD 37 Registres paroissiaux La Haye-Descartes

La nuit du cinq au six du présent mois (décembre 1740), la rivière de Creuse enfla si
fort, quelle haussa de pres de quarante pieds, elle passa pardessus le pont
par les deux bouts jusqu’a environ les deux tiers du pont, abattit trente
deux maison dans le faux bourg de St-Jacques et quatre ou cinq aux
environs de l’église de Notre Dame, renversa pres de deux mil cinq cens
toises de murs tant de ce côté icy que de l’autre côté, entra dans le clos
de la cure ou est la vigne jusqu’à moitié par la porte de la Saulaye après
avoir abbatu quinze ou vingt toises de murs. On apporta à la hâte le St
Sacrement de l’Eglise de Notre-Dame dans celle de St-Georges et comme l’eau
croissoit à vue, elle entra tout aussitôt  dans la dite Eglise de Notre-Dame
et y étoit jusqu’au milieu de la chaire a prêcher, tous les bancs flottoient
sur l’eau, les autels submergés, les carreaux dérangés, le presbitaire
ébranlé de façon que M. le Curé fut obligé lui et sa famille de se retirer
chez moi pendant un temps, et ensuite prendre une maison en ville.
Il a fait ses fonctions dans mon Eglise pendant trois mois et dix neuf
jours, pendant lequel temps il a fait raccommoder son Eglise
et le vingt cinq du mois de mars suivant, veille du dimanche des
Rameaux, on reporta le très St Sacrement avec toute la décence et la
cérémonie requise en pareil cas. Il y avoit nombre de prêtres et un
très grand concours de peuple, j’y dis la grande messe et chantay le
Te Deum pour remercier Dieu de nous avoir délivré du déluge
sans qu’il se soit noyé personne, mais les habitans de St-Jacques ont
perdu la majeure partie de leurs meubles et une partie se réfugia
dans la ville et y sont restés.

Église Notre-Dame « faux bourg de Saint-Jacques » (rive droite de la Creuse)

Partager via :

Faites un commentaire

avatar
  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des