Mariages insolites

De tout temps les mariages ont alimenté les discussions. Jalousie, moquerie, déception et bien d’autres sentiments en ont été les conséquences. Si aujourd’hui les médias sont les porteurs de ces informations, les registres paroissiaux ont traversé le temps pour nous « faire-part » de ces mariages non pas royaux ou forcés, ni arrangés ni d’honneur, mais simplement « insolites ».

Carte interactive :
– barre d’outils à gauche : passer en mode plein écran pour visualiser la carte dans de bonnes conditions
– cliquer sur un marqueur de village ou de lieu pour plus de détails

D’après les notes marginales recueillies dans les Registres Paroissiaux d’Indre-et-Loire par Pierre ROBERT :

Mariage de deux mendiants

à Beaulieu-lès-Loches

Source : AD37 Registres Paroissiaux de Beaulieu-lès-Loches
1707 6NUM6/020/030 page 1

Le 8 dudt (janvier 1707)
Ont Esté Epousez dans Leglise de St André selon les formes ordinaires sans aucun
Empeschemt
Civil ou Canonique qui nous aït paru apres la Publication des bans faite dans
La psse de S
t Cire Dissoud’un comme il nous a paru par le Certificat du Sr Cuenois Curé de St
Cire endatte du 27 x
bre 1706, lesdits bans conllés a Issoud’un Le 28 dumesme mois et an
Signé fleury […], Philippe Masson aveugle et mand
t fils de francois Masson jourr
Et de feue Anne baron delapsse
de St Cire dissoudun, lequel françois Masson adonné permission
au philippe Masson son fils de se marier ou bon luy semblera, lad permission signée
De luy et dattée du 17 x
bre 1706 signé masson d’unepart, Et Marie Dupont Ve de francois
Blancheton aussy aveugle et mand
te de cette psse ou les bans ont esté publiez trois fois
Sans opposition et con
llés a Loches le 7 janvier de la presente année signé garnier, le
Certificat, et la permission depouser led philippe Masson Données par M Cuesnois Curé de
S
t Cire Dissoudun nous ayants estes representées Vidimée et musnis du Sceau de Monseigr
Larchevesque de bourges, signé Robiniere lemercier Vicaires generaux et contresigné
par le Secretaire endatte du 25 x
bre 1706, et enpresence de gilles bodeau de la psse de
ferriere, Gillebertdelon, du diocesse de bourges, Charles […] de bourges, pierre Cathelin
de la psse de St Pierre soussigné, Les maries cean ne scavent signer.

à Saint-Étienne-de-Chigny

Source : AD37 Registres Paroissiaux de Saint-Étienne-de-Chigny
1744 6NUM6/217/003 page 9

Le 22e juin 1744, La publication des
bans de mariage faite dans cette Eglise …
Et par pouvoir special à nous donné par monseignr
L’archeveque de Tours endatte du 16 du present
signé Dampierre vicaire general, de proceder a la
celebration du present mariage, ont en consequence
dudit pouvoir epousez devant Nous Curé soussigné
francois Chanderry ageé de 37 ans ou environs
Ledit Chanderry aveugle et mendiant fils de feu
pierre Chanderry et de Marie Roman son epouse
de cette parroisse ; Et Marie Coulard ageé de
43 et demy, veuve de Louis Rhetoré demeurants
cy devant parroisse de St Augustin Les Anges
Ladite veuve Rhetoré aussy mendiante presents
audit mariage jean Caïllard, jacques Drouïneau
beaufre dudit epoux ; Le Sr Louis fromentau
martin Brosse et urbain Senegond, jean
Esnault, et autres tous habitans de cette paroissse

qui ne savent signer
sans apposition ny empechement.

Mariage d’une fillette de 12 ans

à Louestault

Source : AD37 Registres Paroissiaux de Louestault
1758 6NUM6/135/026 page 3

Apres les publications des bans faittes canoniquement
par trois differentes fois tant dans cette Eglise scavoir
les vingt six levingt huit du mois de mars dernier et le deux
du present sans qu’il nous ait eté signifé aucune opposition
ny revelé aucun empeschement que dans celle de neuvy
scavoir les dixneuf vingt six et vingthuit de mars aussi dernier vû le
certificat de mr le vicaire de neuvy en date du trois
avril mil sept cent cinquante huit signé boulleau previcaire
nous curé soussigné avons le quatre avril mil sept
cent cinquante huit donné la benediction nuptialle
a Simon Godefroy fils de feu Simon Godefroy chirurgien
dela paroisse de neuvy age d’environ vingt ans et de anne
gentil ses pere et mere et marie françoise
Boulleau fille de deffunt me francois boulleau
huissier royal et de marie diguet ses pere et mere
ageé de douze ans quatre mois de cette paroisse
d’autre part le dit Simon Godefroy assisté de
anne gentil sa mere de Jean Godefroy marchand
son oncle demeurant paroisse d’aubigné dans le maine
de loüis gentil marchand oncle maternel de Joseph roulleau

aussi marchand cousin issu de germain maternel etienne
[…] aussi cousin tous de la paroisse de neuvy, et la ditte marie francoise
Boulleau assistée de marie diguet samere, de rené diguet oncle maternel
de renée boulleau femme de mathurin gentil tante d’innoncent brossard de
la ville de tours francois lesourd marechal d’antoine bourreau sellier
loüis besnard jâque senechal sergers de cette parroisse et de
plusieurs autres de leurs parents et amis tant de cette
paroisse que de celle de neuvy qui ont declarés ne
scavoir signer fors les soussignés. deux mots interlignes
bons trois rayés nuls et vingt cinq chargés bons.

Mariage : empêchement, plaintes du curé

à Saint-Benoît-la-Forêt

Source : AD37 Registres Paroissiaux de St-Benoît-la-Forêt
1720 6NUM6/210/039 page 3

Le vingt huit may 1720 apres trois publications de bans canoniqmt faite entre Jean
aubin fils de francois aubin et de defunte marie mirbeau les pereetmeres d’une part et martine
Barangere fille de Louis Baranger et de martine forget ses pere et mere d’autre part tous deux de
cette paroisse, et setant ledit jean aubin et martine Barangere trouve parans au quatrieme

degré qui etoit un empeschemt a leurs future mariage, dont ayant obtenu dispense pour le
pouvoir marier comme la teneur sensuit. Paul Dagaindeau prêtre docteur en droits

chanoine prebande de la Ste eglise metroptene de Tours doyen des conseillers du presidial dudit
Tours vicaire genal du chapitre de ladite eglise le siege archepical vacant vu par nous le proces
verbal de genealogie fait le huit de ce mois par le Sr Brochard curé de la paroisse de St Benoist
de la mort en ce dioces asisté de plusieurs des principaux habitants de ladite paroisse par lequel
proces verbal appart qe Jean aubin et martine barangere demeurant dans ladite paroisse sont
de la religion catholiqe apose et chne, quils sont parens au quatrieme degré de csanguinité
qe ladite psse est si petite qe presqe tous ceux qui lhabitent son parens ou allier quil est a craindre
qe la proximité de leurs demeure et la frequentation causent du scandal, quils sont si pauvres quils ne
vivent qe du travail de leurs mains et de leurs industrie et par csequent entieremt hors détat
denvoier a Rome pour obtenir la dispense dud. empeschemt du quatrieme degré de csanguinité
laquelle leur est necessaire pour parvenir au mariage quils desirent contracter ensemble
Nous pour ces causes et autres anous connus a la priere et requisition dudit Jean aubin et martine
barangere les avons dispanser et les dispansans par ces presentes de l’authorité de notre […]
chapitre par la vacance de ce siege et a nous commise dud. empeschemt du quatrieme degré de
csanguinité et en consequence permetons la celebration de leurs mariage apres la publication des
bans pourvu quil ne se trouve autre empeschemt civil ou canoniqe, en observant dailleurs
tout ce qui est prescrit par les ss canons decrets et ordonnances royaux donné a Tours sous nos
seings le sceau dudit chapitre et la souscription du secretaire ordinaire du meme chapitre le dix
mai 1720 signé Dagaindau vic gral, par monsieur le vicaire gral fourneau ne setant
trouvé aucun autre empeschemt nous curé soussigné leurs avons donné la benediction
nuptiale en presance du Sr Jean Duchesne ecuier de mr le comte de […] Mr Pierre
Taffonneau notaire francois aubin pere du marie, Louis Baranger et martine forget pere et mere de la mariée Jean dublinau qui ont declaré ne scavoir signer hors les soussignés

Mariage d’un prêtre

à Saint-Cyr-sur-Loire

Source : AD37 Registres Paroissiaux de St-Cyr-sur-Loire
1792 6NUM6/214/066 page 9

Aujourd’huy lundi vingt-deux octobre mil sept cents quatre vingt douze l’an premier
de la République française en la maison commune de la municipalité de St Cyr sur Loire
district de tours, département d’Indre et loire neuf heures du matin.
Devant nous Michel Ferrand officier public provisoirement nommé par déliberation du
Conseil Général de la Commune dudit St Cyr pour recevoir, au désir de la loi du vingt septembre
dernier, les actes de naissance, mariage et décès dans l’étenduë de cette municipalité.
Se sont présentés maître loüis Thomas Desplanques Prêtre agé de trente six ans du cidevant Diocèze de Coutancin,
fils de maître Thomas françois Leonard Desplanques avocat au cidevant Baillage de Carentan
District de Carentan département de la manche, et de dame Loüise anne Thérese Painsecq
de la Chaussée son Epouse ; ses pere et mere et Demoiselle Marie, Suzanne, Baptiste,

Avice agée de trente trois ans fille majeure de Défunt monsieur Bernardin Avice citoyen de la paroisse de St
Pierre Dumesnil ury District de St lo Département de la manche, et de Dame Jeanne
Léonore Boulanger sa veuve ses pere et mere ; demeurant les dits maître Desplanques
et Demoiselle Avice dans cette municipalité de St Cyr sur Loire.
Lesquels nous ont déclarés que la déclaration continuë et faite par l’assemblée
Nationale Constituante, tant dans l’article dernier du préambule de l’acte
Constitutionnel, que dans l’article sept du titre deux du même acte, comme une
loi qui les autorisait à l’union par le mariage, ils ont d’abord arrêté leurs conventions
Civiles par acte reçu devant maître Guiot notaire Public du département d’indre et
Loire du Deux Décembre mil sept cents quatre vingt onze, ensuite après en
avoir fait publier à la porte de l’Eglise paroissiale de cette municipalité et à
celle de la Maison Commune, les bans de ce mariage, ils ont le cinq dudit mois
de décembre fait leur déclaration de mariage devant les Maire, officiers
Municipaux et procureur de la Commune de cette municipalité, dont ils leur
ont donné acte ; au moyen de quoi, ils ont été unis en légitime mariage.
Que l’article neuf de la Section quatre de la loi du vingt septembre dernier,

voulant que les mariages reçus précédemment devant des officiers Civils
soient réitérés dans huitaine de la promulgation de cette loi, ils comparoissent
pour satisfaire à cette Disposition et nous requierènt de recevoir de nouveau
leur déclaration de mariage, qu’ils entendent quant aux conventions être
conforme à cette arrêté devant ledit Maître Guiot, ledit jour deux décembre,
En présence de françois Boujet#, Pierre Joujet, Barthélémy faucheux
tous trois vignerons et Citoyens du dit St Cyr ainsi que François
laSalle huissier domicilié comme les trois autres audit St Cyr, qu’ils
ont fait comparaitre avec eux devant nous pour être témoin de leur
déclaration, lesquels témoins ont déclaré n’être ni parens ni alliés des parties.
Et nous officier public provisoire susdit, après avoir faire lecture de la publication
des Bans du Vingt novembre mil sept Cent quatre Vingt onze, de l’acte de
mariage du Cinq decembre, nous avons reçu des dits Loüis Thomas Desplanques
prêtre et Marie Suzanne Baptiste Avice son Epouse, en présence des
des Témoins ci dessus établis, la déclaration qu’ils se prennent l’un et l’autre
en légitime mariage ; delaquelle déclaration nous leur avons donné acte,
au moyen de quoi, n’étant survenu aucune opposition, disons au nom de
la loy qu’ils sont unis en mariage.
fait et arrêté en la maison commune de St Cyr Sur loire ledit jour et an que
définis et ont les parties et témoins signés avec nous.

#le premier aagé de vingt six ans, le second de vingt deux, le troisieme de cinquante, et le quatrieme de cinquante six ans.

Partager via :

Faites un commentaire

avatar
  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des