Les Prix de Vertu

Article de Yolande LANCHAIS-RIOLAND d’après Claude RIOLAND
paru dans le Touraine Généalogie n° 18 – 2ème  trimestre 1994 page 255 Rubrique « Histoire et généalogie »

Parler des prix de vertu à un jeune de notre époque, c’est évoquer une période ante-dinosaurique, et pourtant ces prix appartiennent à un passé récent.
Le hasard a voulu que nous retrouvions au fond de notre bibliothèque le « Discours prononcé par M. René BAZIN, Directeur de l’Académie Française, dans la séance publique du 27 novembre 1913 ».

C’est Monsieur de MONTYON* qui fonda les prix de vertu, nous rappelle le célèbre Académicien Claude RIOLAND, non sans ajouter perfidement que la vertu n’avait pas attendu ledit fondateur pour être « couverte d’éloges« . Nous apprenons ensuite que l’Académie, en 1913, avait la chance de disposer des arrérages d’un autre legs (BROQUETTE-GONIN) pour honorer « les instituteurs qui se sont (seraient) fait remarquer par leur excellente conduite, par leur bienveillance et par leurs efforts pour développer, chez leurs élèves, l’amour du prochain et le sentiment du devoir« . 
Avec le sens de l’équilibre, qui sied à l’Académie, furent récompensés un instituteur public (Jules BESSON, à Chevilly -Loiret- 4.000 Fr.) et un ancien frère des Écoles chrétiennes (Bernard ALIBERT à Saint-Affrique -Aveyron- 4.000 Fr.). 
Les arrérages permirent de distribuer une troisième récompense à … une femme ! (Marie DESRAYAUD, institutrice adjointe à Mâcon -Saône-et-Loire- 4.000 Fr.).

*Antoine Jean-Baptiste Robert AUGET, baron de MONTYON (Paris °1733 +1820), intendant, puis Conseiller d’État, chancelier du comte d’Artois, émigra en Angleterre et ne revint qu’en 1815. En 1782, il avait fondé un Prix de Vertu et divers autres prix que l’Académie Française et l’Académie des Sciences étaient chargées de décerner aux ouvrages et aux travaux utiles. Ces fondations furent abolies par la Convention, mais renouvelées en 1816.
Illustration photo : Wikipedia

Après s’être livré au panégyrique de ces trois lauréats, René BAZIN énumère les prix décernés aux œuvres et, enfin, un certain nombre de prix spéciaux. Parmi ceux-ci, nous relevons pour la Touraine :

Prix CAMILLE FAVRE

Adrienne DURAND à Tours (Indre-et-Loire) 500 Fr.
« Religieuse de la congrégation des filles de Marie et rappelée, il y a neuf ans, auprès de son père malade, elle l’a soigné au prix de fatigues telles qu’elle-même est aujourd’hui frappée de paralysie. Elle est dans l’impossibilité de travailler, ce qui les plonge, son père et elle, dans la plus grande misère. »

Marie-Philomène ERNOU à Parçay-Meslay (Indre-et-Loire) 500 Fr.
« L’aînée de six enfants et très jeune encore, elle remplace auprès de ses frères et sœurs sa mère devenue infirme, exerçant en même temps le métier de lingère à la journée, afin d’augmenter les maigres ressources de la famille. Ses frères, une fois mariés, laissent complètement à sa charge les autres membres de la famille ; néanmoins, Marie trouve moyen de s’occuper encore de ses nièces à qui elle enseigne gratuitement le métier de lingère. »

Carte interactive :
– barre d’outils à gauche : passer en mode plein écran pour visualiser la carte dans de bonnes conditions
– cliquer sur un marqueur de village ou de lieu pour plus de détails

——————————————

Fondations de l’Académie française destinées aux actes de vertu

Après 1782, la fondation de l’Académie française sera perpétuée et ouvrira la voie au mécénat social de l’Académie qui, au fil des siècles, donnera naissance à plus de deux cents fondations lesquelles, en dépit des regroupements nécessaires, décernent au début du XXIe siècle deux cent trente prix, aides et subventions destinés à des familles nombreuses ou en difficulté, à des victimes d’accidents de l’existence, physiques ou économiques, à des œuvres de bienfaisance et à des associations caritatives, à des étudiants, mais aussi à des personnes ayant accompli des actes de courage ou de solidarité exceptionnels. Grâce à ces fondations, l’Académie s’efforce de contribuer avec efficacité à la lutte contre la précarité et l’exclusion.
Les fondations citées ci-dessous n’ont plus cours, mais cette liste recense une partie des prix décernés au titre de la vertu et que l’on retrouve dans les discours sur la vertu.

Prix Agémoglu
Prix annuel destiné à récompenser les bonnes actions.
Prix Anonyme fondé par une personne charitable
Prix annuel « destiné à récompenser, comme le font depuis longtemps les fondations MONTYON, SOURIAU, GÉMOND ET AUTRES, les actes de vertu, de dévouement et de courage ».
Prix Aubry
Prix annuel fondé en faveur d’un Français pauvre qui aura fait l’action la plus vertueuse. L’action vertueuse doit s’être prolongée jusque dans le cours des deux années précédentes.
Prix Bausa-Gessiomme
Prix triennal destiné à récompenser des actes de vertu.
Prix veuve Blouet
Prix annuel décerné, par moitié, à une jeune fille et à un jeune homme d’une famille pauvre qui auront prouvé leur piété filiale en soignant avec un dévouement exceptionnel leur père ou leur mère malade ou infirme.
Prix Louise Boutigny
Prix annuel destiné à récompenser un ménage légitime frappé par des revers de fortune, ou un ménage d’ouvriers rangés.
Prix Buisson
Fondation annuelle, destinée à augmenter le nombre ou l’importance des prix de vertu.
Prix Échalié
Prix biennal décerné à des personnes de l’un ou de l’autre sexe, sans distinction de culte, ayant réalisé la plus grande somme de dévouement et de sacrifice pour venir en aide aux siens ou à ses semblables aux prises avec les duretés et les misères de la vie.
Fondation Camille Favre
Fondation annuelle destinée à décerner des prix pour ceux qui auront donné de bons exemples de piété filiale.
Prix Gabiou-Charron
Prix annuel décerné à une femme pauvre qui aura mérité cette récompense par un acte de vertu, de dévouement ou de courage.
Prix Gémond
Prix décerné annuellement, destiné à récompenser des actes de courage, de dévouement et de sauvetage.
Prix Génin
Prix annuel fondé en faveur d’un Français pauvre qui aura fait l’action la plus vertueuse. L’action vertueuse doit s’être prolongée jusque dans le cours des deux années précédentes.
Prix Gouilly-Dujardin
Prix biennal décerné à une personne pauvre ayant donné les meilleurs exemples de piété filiale.
Prix Griffand et Prix Mary Hyland
Prix annuel fondé en faveur d’un Français pauvre qui aura fait l’action la plus vertueuse. L’action vertueuse doit s’être prolongée jusque dans le cours des deux années précédentes.
Prix Lange
Fondation annuelle destinée à décerner autant de prix de mille francs qu’il sera possible. Ces prix seront décernés à des personnes de nationalité française.
Fondation Marie Lasne
Par son testament, Mme Marie-Palmyre Lasne a institué six médailles, de trois cents francs chacune, pour être données annuellement en prix de vertu, « de préférence aux plus pauvres, et, autant que possible, à ceux qui auront donné de bons exemples de piété filiale ».
Prix Laussat
Prix annuel « destiné, comme le prix Montyon, à récompenser des actes de dévouement et de courage ».
Prix Lecocq-Dumesnil
Prix annuel décerné à un fils ou descendant d’une famille pauvre, qui aura fourni des preuves de son dévouement et de sa piété filiale en soignant son père, sa mère ou l’un de ses ascendants âgés ou malades.
Fondation Lelevain
Fondation annuelle destinée à décerner un prix de vertu, sagesse et probité à une personne de Paris.
Fondation Letellier
Fondation destinée à récompenser celui qui aura fourni de véritables preuves de son dévouement et de sa piété filiale.
Prix Montyon
Prix annuel fondé en faveur d’un Français pauvre qui aura fait l’action la plus vertueuse. L’action vertueuse doit s’être prolongée jusque dans le cours des deux années précédentes.
Fondation Peltier de Lamballe
Fondation annuelle destinée à décerner un prix de vertu à une femme ou à un homme né dans le département des Côtes-d’Armor et y demeurant.
Prix Pérou
Prix annuel décerné à des domestiques qui l’auront mérité par leur dévouement à leurs maîtres.
Prix Pilliot
Prix destiné à récompenser le fils ou la belle-fille qui aura montré le plus de dévouement à ses parents.
Prix Reine-Poux
Prix triennal décerné à une jeune fille de Paris qui, par son travail, sa sagesse et sa probité, aura soutenu son père et sa mère infirmes ou malades, ou seulement l’un d’eux.
Prix Rigot
Prix attribué à une ou plusieurs œuvres humanitaires, sans distinction de religion.
Fondation Émile Robin
Fondation annuelle destinée à récompenser de préférence un enfant qui, par le seul fait de son travail, aura soutenu ses père et mère, ou seulement son père ou sa mère, dénués de toute ressource.
Fondation Salomon
Prix annuel décerné à une personne qui se sera distinguée par des actes de dévouement et de probité, et choisie de préférence à Saint-Omer et dans le département du Pas-de-Calais.
Prix Savourat-Thénard
Prix annuel décerné à une domestique non mariée, ayant servi avec dévouement pendant et après leur adversité, une famille, une dame, mais de préférence une demoiselle.
Prix Souriau
Prix destiné « à décerner chaque année un prix de vertu de la même nature que ceux fondés par M. de Montyon ».
Prix Charles et Alfred Sudre
Prix biennal attribué au plus bel exemple d’amitié et de dévouement fraternel, soit entre frères, soit entre sœurs, soit entre frères et sœurs.
Prix Honoré de Sussy
Prix de vertu fondés par Mme la duchesse D’OTRANTE, née de Sussy, conformément aux intentions ainsi formulées par la testatrice : « Je lègue à l’Académie française une somme de deux cent mille francs, dont les arrérages seront affectés à donner des prix tous les trois ans, pour récompenser de bonnes actions. Ces prix seront distribués en séance solennelle au nom du comte Honoré de Sussy ; ils seront de la même nature que ceux légués par le comte de MONTYON, et je demande qu’ils soient donnés à la même époque. »
Prix Louise Varat-Larousse
Prix annuel décerné à une ou plusieurs personnes du sexe féminin qui auront été signalées à l’Académie pour leurs vertus dans les trois qualités de fille, épouse et mère.

Source : www.academie-francaise.fr

Partager via :