Les grands travaux de Tours au XVIIIème siècle

Article de Jacqueline JOUANNET (CGDT-126) paru dans le Touraine Généalogie n° 110 du 2ème trimestre 2017. Au XVIIIème siècle vont voir le jour d’importants changements apportés dans la topographie de Tours et qui dureront deux siècles De 1701 à 1706, les levées de la Loire sont exhaussées de près de deux mètres. Les deux premières Lire plus …

Partager via :

L’art et la Renaissance en Touraine

Les tapissiers DE MORTAIGNE Article de Idelette ARDOUIN-WEISS – Paru dans le Touraine Généalogie n° 94 – 2ème trimestre 2013 page 102 Rubrique « Histoire et Généalogie » Parmi la petite quinzaine de tapissiers qui travaillent à Tours autour de 1500, deux sortent du lot : Nicolas et Pasquier de MORTAIGNE, qui étaient peut-être frères. Ils arriveront à Lire plus …

Partager via :

Michel COLOMBE à Tours

Recherches et article de Hélène VAGNINI – Paru dans le Touraine Généalogie n° 93 – 1er trimestre 2013 pages 26 à 31 Rubrique « Histoire et Généalogie » Les textes écrits sur Michel COLOMBE, par des chercheurs émérites, sont fort nombreux depuis le XIXème siècle jusqu’à nos jours et il est difficile d’en écrire un énième sans y Lire plus …

Partager via :

Z comme Zones d’activité

Les Carrés Lieu-dit connu depuis longtemps sous le nom des « Carrés ». C’est là qu’existait, depuis 1753, un relais de poste : à l’époque révolutionnaire, il fut tenu par le Citoyen PETIT, puis par sa veuve. Parmi les bâtiments, il y avait une ferme d’une famille SALLÉ vendue, suite au décès des parents SALLÉ après la dernière Lire plus …

Partager via :

Y comme Yzernay

Ce nom, qui a connu plusieurs variantes (Ysernaicus, Yzernay, Isernay, et de nos jours Izernay) provient du bas latin et dérive du nom d’une personne d’origine germanique. Ancien fief, attesté depuis 1256 et relevant du château de Montbazon à foi et hommage simple et un épervier pourvu de longes et de clochettes d’argent, figure déjà sur Lire plus …

Partager via :

X comme Croix du Calvaire des Grandes Maisons

Le nom vient de l’Ordre des Templiers. C’était probablement un fief. Le lieu avait probablement au Moyen Âge une construction appartenant à l’Ordre du Temple, aujourd’hui disparue. On peut remarquer un ancien pigeonnier transformé en habitation ; son toit présente un lanternon à son sommet. Le nom de « Grand » vient du latin « grandis », sage, avancé en Lire plus …

Partager via :

W comme Weatstone et la fin du « Télégraphe »

Télégraphe Ce hameau se nommait « Poulétrie » avant l’installation du télégraphe au XIXème siècle. Le télégramme était la dépêche transmise par le télégraphe aérien. L’appareil est une sorte de portique avec des bras mobiles, implanté sur les lieux les plus élevés afin d’être vu de loin. Les Romains et les Grecs avaient un système primitif qui Lire plus …

Partager via :

V comme Vollière

Ce nom est attesté depuis le XIVe siècle et figure sur la carte de Cassini. C’est un dérivé de « voler » ; suivi du suffixe collecteur « ière », il évoque un lieu fermé assez vaste pour que les oiseaux puissent y voler. Il peut aussi venir du nom d’une personne nommée : « volier ». Cet ancien fief, ou peut-être simple Lire plus …

Partager via :

U comme Usine aux Barillers

Ce nom de lieu fait penser au petit tonneau inventé par les Gaulois sous le nom de « Baril ». Le tonneau servait à transporter toutes sortes de marchandises et de denrées alimentaires. Sur la carte de Cassini « Barillés ». Ce domaine relevait du prieuré de Bois-Rahier suivant les déclarations féodales du 13 septembre 1704, de 1710 et du Lire plus …

Partager via :

T comme Thibaudière et Breuil, Tue-loup

La Thibaudière Le 12 janvier 1780, par devant Me BOISEQUET, notaire, comparaissait messire Claude-François GAILLARD, écuyer, fourrier au logis du roi, ancien capitaine d’infanterie, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, demeurant ville d’Amboise et ses co-héritiers à l’effet de vendre : la maison, closerie et métairie de la Thibaudière, paroisse de Chambray. Celle-ci est Lire plus …

Partager via :