X comme Croix de guerre

DUPIN Étienne

Mort pour la France le 12 octobre 1918

Né le 26 mai 1886 à Saint-Maure, Étienne DUPIN est le fils de (René) Étienne DUPIN (1854-1927), agriculteur à Sainte-Maure, et de son épouse Marie Désirée Joséphine DUPIN (1861-?), ménagère. Il a terminé son école primaire. A 18 ans, il est cultivateur à Sainte-Maure. Il mesure 1 m 62, a des cheveux blonds et des yeux gris.
Appartenant à la classe 1906, il est recensé à Châtellerault et reçoit le numéro matricule 1146.
Il est incorporé le 8 octobre 1907 au 68e Régiment d’Infanterie stationné à Issoudun et Le Blanc.
Il est promu caporal le 14 avril 1908 puis sergent le 15 décembre 1908. Il est libéré le 21 septembre 1909 et reçoit le certificat de bonne conduite. Il passe dans la réserve du 68e RI le 1er octobre 1909.
Il reprend son activité de cultivateur et s’installe à Sepmes au lieu-dit La Petite Orangerie le 8 février 1910. Le 11 juin 1912, il épouse Alice Pauline Joséphine BERCHOT (née à Sepmes en 1894). Le couple emménage à Chambray au lieu-dit Isernais le 1er novembre 1912. Étiennette DUPIN naît le 17 février 1914.
Rappelé le 4 août 1914 au 68e RI, il est en campagne contre l’Allemagne jusqu’au 12 octobre 1918.
Son régiment est déployé dans la région de Nancy. Pour faire face à l’offensive allemande, il est envoyé dans les Ardennes le 17 août et participe à ses premiers combats le 23 à Houdremont. Pendant la retraite il résiste vaillamment et retarde l’avance ennemi au prix de lourdes pertes. Il
participe à la victoire de la Marne.

Croix de guerre

En octobre, il s’installe en Belgique et participe aux batailles d’Ypres et de l’Yser jusqu’en février 1915. De mai à juin, il est engagé dans l’Artois (Loos, Fosse-Calonne, Neuville-Saint-Vaast).
Étienne est cité à l’ordre de l’armée le 24 mai : « s’est fait remarqué par sa valeur et sa bravoure et avoir accompli des actions d’éclat » et nommé adjudant le 16 septembre 1915.
Il est nommé sous-lieutenant le 2 juin 1916.

De juin à septembre 1916 le 68e RI est envoyé en Champagne. D’octobre à décembre il est en Somme (Sailly et Saillisel).
Après un passage dans le secteur de Paris, il est engagé dans l’offensive
Nivelle d’avril 1917 (Chemin des Dames) ; en particulier, du 26 au 29
juillet, de violents combats ont lieu autour de la Caverne du Dragon.
Le sous-lieutenant DUPIN est cité à l’ordre de la division le 4 août : « le
27 juillet 1917, sous le bombardement le plus violent a montré à ses
hommes le plus grand sang-froid et le plus grand courage. Fortement
contusionné, est resté sans cesse à son poste
».

Lieutenant d’Infanterie

De août à mars 1918, le régiment fortement éprouvé est mis en repos. En avril, il se bat en Picardie ; en mai dans le secteur de Saint-Mihiel. Le 12 juin 1918, le SLT DUPIN passe au 219e RI déployé en Lorraine qui a été quasiment détruit au combat.
Il prend le commandement d’une section de la 22e compagnie du 6e bataillon. Il est nommé lieutenant par décision du 11 septembre avec effet au 2 juin 1918.

 

Le 219e RI est envoyé sur la Marne fin septembre et reçoit l’ordre d’attaquer les positions allemandes. Le 30 septembre 1918, deuxième jour de cette offensive, le lieutenant Étienne DUPIN est blessé par balle. Il est évacué vers l’ambulance 3/65 à Cuperly Mont-Frenet (Marne).
Le 7 octobre 1918 il est fait Chevalier de la Légion d’honneur.

Croix de
Saint-Georges

Il est titulaire de la Croix de guerre avec une palme et deux étoiles d’argent.
La Croix de Saint-Georges de 4e classe (insigne n° 126935) lui est décernée.
Il décède des suites de ses blessures le 12 octobre 1918. Il avait 32 ans.
Son décès est transcrit à Chambray le 1er avril 1919.
Il est déclaré Mort pour la France.
Son corps repose dans la tombe 984 de la nécropole nationale du Mont-Frenet à La Cheppe (Marne).

Officier mort porté par ses hommes (Georges Bertin Scott)

ASCENDANCE FAMILIALE sur 5 générations :

  1. DUPIN Étienne, cultivateur, né le 26 mai 1886 à Sainte-Maure (37). Décédé le 12 octobre 1918 à Cuperly (51). Marié le 11 juin 1912 à Sepmes (37), avec BERCHOT Alice Pauline Joséphine, née le 10 janvier 1894 à Sepmes, fille de BERCHOT Joseph et PLANCHON Eulalie ; les deux époux signent leur acte de mariage.
  2. DUPIN René Étienne, carrier et cultivateur. Né le 26 décembre 1854 à Sainte-Maure (37) et décédé le 19 novembre 1927 à Sainte-Maure (37). Marié le 26 septembre 1882 à Saint-Épain (37) à
  3. DUPIN Marie Désirée Joséphine, née le 28 juin 1861 à Saint-Épain (37).
  4. DUPIN Michel, journalier, né le 8 avril 1825 à Sainte-Maure (37). Marié le 1er juillet 1850 à Sainte-Maure (37) à
  5. PACHET Marie, née en 1824 à Saint-Épain (37).
  6. DUPIN Joseph, journalier, né le 2 mai 1828 à Sainte-Maure (37), décédé le 30 juin 1905 à Saint-Épain (37). Marié le 14 juillet 1857 à Saint-Épain (37) à
  7. GUIN Louise Victorine, née le 21 mars 1839 à Saint-Épain (37) et décédée le 11 octobre 1870 à Saint-Épain (37).
  8. DUPIN Michel, journalier, né le 15 décembre 1788 à Avon-les-Roches (37). Marié le 12 juillet 1824 à Saint-Épain (37) à
  9. RABUSSEAU Jeanne, née le 21 germinal an IV à Saint-Épain (37).
  10. PACHET Olivier, cultivateur, propriétaire, né le 21 février 1781 à Saint-Épain (37), décédé le 6 août 1852 à Saint-Épain (37). Marié le 22 novembre 1813 à Saint-Épain (37) à
  11. LOUAULT Marie Thérèse, née le 28 août 1793 à Trogues (37) et décédée le 25 décembre 1868 à Saint-Épain (37).
  12. = 8.
  13. = 9.
  14. GUIN Pierre, cultivateur, né le 13 pluviôse an VII à Sainte-Maure (37). Marié le 5 juillet 1825 à Saint-Épain (37) à
  15. RABUSSEAU Anne, née le 14 nivôse an II à Saint-Épain (37).

UNC, section de Chambray-lès-Tours et Centre Généalogique de Touraine

Partager via :

Faites un commentaire

avatar
  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des