G comme Guignardière, Gallardon, Girardières, Giraudière, Galanderie, Griffonière, Gastière

La Guignardière

Ce domaine s’appelait autrefois (1576) Les Fosses Blanches et appartenait en 1668 à René BERGER, qualifié de sieur de la Guignardière.
Ce vocable pourrait venir  du bas latin, « gaigneteria », dérivé diminutif de « gaignerie », qui voulait dire : exploitation agricole ou encore réserve du domaine seigneurial.

C’est un ancien fief, relevant de l’abbaye de Bois-Rahier.
En 1570, il appartenait à Marguerite BOURGUIGNON, en 1576 à LUCAS des Perriers, en 1631 à Jean GENDON.

Le bâtiment actuel date du XIXe siècle et, parmi les propriétaires de cette époque, on relève les noms de M. Joseph LIEBY, bijoutier à Tours, M. JAHAN, huissier à Tours, Mme Veuve BOUCHER à Tours, les familles CARRÉ et JEANSON.

Ils ont vécu à La Guignardière…

Gallardon

C’est un fief de limite de domaine. Le nom de galle pourrait provenir du latin gallus la limite d’un district comme dans « ligogallus » matérialisé par un mur ou une pile appelée « Borne ». « L’Ardon » ou en bas latin « aredunum » est un guerrier gaulois défenseur d’un « dunum » fortification militaire en pierres sur une hauteur. Il s’agit d’un habitat créé hors de l’enceinte primitive en avant-poste.
Les terrains situés entre la rue des Petites Maisons, la RN 10 et la RN 143 étaient cadastralement situés à « Gallardon ». C’est tout naturellement que lors de la construction vers 1965 des 216 logements le nom de « Résidence Gallardon » leur fut donné.

Vers 1937 l’Etat avait acquis environ 12 ha de ces terrains afin d’y construire un hôpital militaire. Ce projet n’eut aucune suite et l’Etat revendit ces terres par adjudication en mai 1949.

Ils ont vécu à Gallardon…

Les Girardières

Ou « La Girardière » ou « La Girarderie ». Petit village de Joué-lès-Tours et une seule ferme sur Chambray-lès-Tours.
Elle appartint à la famille CHRÉTIEN entre les deux guerres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BLASON-Chambray-800x1024.jpg.

La Giraudière et La Petite Giraudière

« Giraudière » sur les cartes de Cassini et d’état-major.
Parmi les habitants, il y eut un tisserand de Monts. L’origine pourrait venir du nom d’un homme, « Germain ».

Ils ont vécu à La Giraudière…

La Galanderie

ou « Gallandrie », l’origine du nom reste obscure.
Ferme, ancienne propriété du couvent des Ursulines de Tours, elle fut vendue nationalement le 8 février 1791 pour 18000 livres.

La Griffonière

Ancien fief. Ferme bien restaurée avec un grand bâtiment.
Vers la fin du Moyen Âge, le griffon est utilisé dans les armoiries. Nombreux sont les écussons ornés de têtes ou de corps complet représentant le griffon.
Furent propriétaires : M. HARDION Alexis, agent – M. VOYER, géomètre (qui fut Conseiller municipal) puis M. HARDION Alain, architecte à Tours.
En fut également longtemps propriétaire la famille LEGUAY.

La Gastière

ou Gatière. Gaignerie de la Gastière en 1329. Gastière sur la carte de l’état-major. Gatière sur la carte de Cassini. Ancien fief relevant de Montbazon.
Vendu nationalement le 15 pluviôse an II (3 février 1794) sur Jacques-François-Henri des ESSARDS, chevalier, seigneur de Trizay, officier au régiment de Bourgogne, il fut adjugé à N. LESUIRE.
Une chapelle, qui a été démolie après la Révolution, dépendait du logis seigneurial. Elle est mentionnée comme étant une chapelle publique en 1787 : on y célébrait la messe une fois par semaine. Elle avait vingt-deux pieds de longueur sur dix de largeur et était surmontée d’un clocher.

Ils ont vécu à La Gastière…

0 0 vote
Évaluation de l'article
Partager via :
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments