Le fonds ARSICAUD, des scènes de la vie en Touraine

Article de Patricia PILLORGER
du Centre Généalogique de Touraine

Florentin Augustin (dit Robert) ARSICAUD est né le 30 juillet 1903 à Dompierre-sur-Mer (Charente-Maritime). Il est d’abord employé boucher chez son oncle à La Rochelle, mais le soir il prend des cours de photographie chez un professionnel. En 1932, il vient à Tours et est employé chez le photographe CERTAIN qui avait repris l’atelier CHARROUIN boulevard Thiers. Il s’installe à son compte rue des Tanneurs le 1er mars 1937. A la même adresse, il exploite un café restaurant que sa femme devra fermer en mai 1941, Robert ARSICAUD étant prisonnier de guerre. Le 12 avril 1940, le studio de photographie avait été transféré 28 boulevard Heurteloup. C’est à cette adresse que le photographe reprendra son activité après la guerre. En 1950, Robert ARSICAUD s’associe à son fils André (1928-2021) qui avait fait son apprentissage au studio PEIGNÉ. Nouveau déménagement en 1955, les ARSICAUD s’installent à l’angle des rues Charles Gille et de la Vendée. En 1970, Robert prend sa retraite, André poursuit son activité jusqu’en 1991.

Robert ARSICAUD et son fils André ont été des photographes marquants de la seconde moitié du XXème siècle. Leur fonds, qui se compose de plus de 35 000 reportages, est conservé aux Archives Départementales d’Indre-et-Loire et à fait l’objet d’une belle exposition en 2013.

Pendant toute sa période d’activité, le Studio ARSICAUD assurera des commandes classiques (photos de mariages, naissances, communions…), des clichés de presse (pour le journal municipal L’Espoir), des reportages d’évènements commerciaux (aux Nouvelles Galeries notamment), des clichés de produits industriels ou encore de la photo décor.

Généalogie ARSICAUD

Pendant la Guerre de 1939-1945, Robert ARSICAUD (1903-1996) lie des liens d’amitié avec René REBOURS (1908-1988), mon grand-oncle maternel. Devenus de bons amis, ils continuent à se recevoir après la fin de la guerre.
Robert ARSICAUD réalisait régulièrement les photos des REBOURS.

Depuis sa mise en ligne, j’ai souvent recherché des photos dans le fonds ARSICAUD pour agrémenter les articles préparés pour notre bulletin. En effectuant une recherche dans « Collections de Touraine », j’ai eu la surprise de découvrir plusieurs photos où figurent mes cousins, des photos que je connaissais pour avoir eu l’opportunité de regarder les albums chez les cousins… et quelle aubaine de les retrouver en ligne sur le site des ADIL !

o 0 o

Je vous invite à consulter quelques albums…

Souvenir du 26 avril

L’album de mariage d’Huguette GENTILHOMME, nièce de René, et de René THERET le 26 avril 1949 à Manthelan.
La mariée au bras de son père, le groupe d’invités sur le perron de la mairie, le cortège qui se dirige vers l’église, la mariée et ses demoiselles d’honneur, les jeunes mariés dans le jardin de l’Hôtel Moderne des Indrault, etc.

o 0 o

Scènes de moissons et de battage

La moisson avec mon cousin russe André DOUBININE, neveu de René, en août 1948 à Manthelan.

o 0 o

Manthelan, la Planchette

René et son épouse Denise VIOVY dans une voiture à cheval devant leur ferme en février 1948.

o 0 o

Portraits d’enfants et élevage

Eté 1948, Jacqueline, la fille de René, et ses petits cousins nourrissent un porcelet.


Sources :
Archives départementales d’Indre-et-Loire, Collections de Touraine
AD37 – Exposition ARSICAUD & Fils

3.3 4 votes
Évaluation de l'article
Partager via :
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest

2 Commentaires
plus anciens
plus récents
Inline Feedbacks
View all comments
NICOLE CHENESSEAU
NICOLE CHENESSEAU
10 mois plus tôt

Bonjour et merci pour cet article intéressant et avec intégration d’un arbre en Genial.y !
En complément, voici le lien de la fiche « Robert ARSICAUD » sur Portrait Sépia :
>> http://portraitsepia.fr/photographes/arsicaud/
Bien cordialement,
Nicole Chenesseau – Adhérente CGDT n° 1958

Marie ALDRIN
Marie ALDRIN
10 mois plus tôt

Merci de nous faire découvrir ce que peuvent contenir les collections de Touraine.
Le « cousin » DOUBININE, j’ai entendu ces mots souvent pendant mon enfance…