W comme WILLOUGHBY Catherine

Atelier du Centre Généalogique de Touraine Catherine WILLOUGHBY, 12ème baronne Willoughby de Eresby (1519-1580), est une aristocrate anglaise de la cour des rois Henri VIII, Edouard VI et de la reine Elisabeth Ière. Elle est la quatrième épouse du duc de Suffolk, qui a été son tuteur légal après son mariage à Marie Tudor, la soeur cadette de Lire plus …

Partager via :

V comme Vivre, naître et mourir quand on est marinier

Article extrait de la publication de l’Atelier du Centre Généalogique de Touraine « LES MARINIERS DE TOURAINE » parue en janvier 1992. Naître… …sur terre Le neufe jour d’août 1700 fut baptisé parnous prestre signé Louis née dudit jour filsde Louis hayme Battelier et de charlotteCaillard sa legitime epouze ; fut le pareinMr Jean Compaignon marchand de Lire plus …

Partager via :

U comme Urgence à La Chapelle-sur-Loire en 1856

Article proposé par Monique GROUSSIN du Centre Généalogique de Touraine Les ruptures causées par la Loire sur ses digues et levées offrent l’effrayant développement de presque 6 000 mètres sur une profondeur moyenne de 5,16 mètres.Sont mentionnées sur la carte ci-dessous les principales brèches qui se sont ouvertes sur les rives de la Loire et de son affluent, Lire plus …

Partager via :

T comme Tireur… de sable

Article rédigé par Patricia MACHET, adhérente du Centre Généalogique de Touraine n° 805@Pmachet Tireur, pêcheur, dragueur… aucun jugement de valeur et rien de répréhensible dans ces qualificatifs ! Car c’est de sable dont il est question, du sable de nos rivières tourangelles : le sable de Loire, du Cher et de l’Indre. Le sable est, dit-on, la Lire plus …

Partager via :

S comme SENNEGOND, pêcheurs de Loire au filet

Article rédigé par Monique GROUSSIN avec la participation de la famille SENNEGOND du Centre Généalogique de Touraine Le « pêcheur de métier », aujourd’hui peut-être un peu oublié, a pourtant rempli nos assiettes durant des siècles. Le saumon atlantique de Loire effectue des migrations de 800 km et remonte la Loire pour frayer pendant la saison hivernale. La Lire plus …

Partager via :

R comme Rigny-Ussé et Bréhémont, berceaux du chanvre

Article de Monique GROUSSIN du Centre Généalogique de Touraine rédigé pour le 40ème anniversaire du CGDT avec la collaboration des Rouissons d’Bréhémont, anciens cultivateurs de chanvre Au début du XVème siècle, les villages cultivaient déjà du chanvre. Durant la Révolution de 1789, la production s’intensifia car l’État avait un fort besoin de chanvre pour faire Lire plus …

Partager via :

Q comme Quelles familles de « mariniers à Azay-sur-Cher » ?

Extrait d’une étude généalogique réalisée par Claude CHRIST, adhérent du Centre Généalogique de Touraine, dans le but de rechercher les liens entre les familles de voituriers par eau, bateliers ou mariniers présents sur la commune d’Azay-sur-Cher entre le XVIIème et le début du XXème siècle, et leur localisation géographique sur la commune au XIXème. Cette étude Lire plus …

Partager via :

P comme Patronyme MARINIER, MARIGNÉ…

Article rédigé par Patricia PILLORGER du Centre Généalogique de Touraine MARINIER est aussi un patronyme avec ses variantes LEMARINIER, LAMARINIÈRE. Il est phonétiquement proche de MARIGNÉ. Dans les registres paroissiaux de Touraine, il n’est pas rare de voir que des descendants d’un MARINIER soient devenus MARIGNÉ dans le village d’à côté et soient demeurés MARINIER Lire plus …

Partager via :

O comme Outil indispensable : le bateau

Article extrait de la publication de l’Atelier du Centre Généalogique de Touraine « LES MARINIERS DE TOURAINE » parue en janvier 1992. Dès les temps les plus reculés, fleuves et rivières ont constitué une voie privilégiée de communication. Ces « chemins qui marchent », tout tracés et plus sûrs que les routes, ne nécessitent qu’un entretien limité et créent Lire plus …

Partager via :

N comme Naviguer sur la Loire et ses affluents

Article extrait de la publication de l’Atelier du Centre Généalogique de Touraine « LES MARINIERS DE TOURAINE » parue en janvier 1992. Dès les temps les plus reculés, fleuves et rivières ont constitué une voie privilégiée de communication. Ces « chemins qui marchent », tout tracés et plus sûrs que les routes, ne nécessitent qu’un entretien limité et créent Lire plus …

Partager via :